Goodbye Julia : Un film déchirant

Une étrange amitié lie une riche soudanaise musulmane du Nord à une soudanaise chrétienne du Sud démunie après la mort de son mari. Que cache la sollicitude de l’une envers l’autre ?

Pour son premier long-métrage, le cinéaste Mohamed Kordofani nous offre une œuvre déchirante et humaine sur le destin de deux femmes que, socialement, tout oppose, au milieu d’une période sombre du Soudan. À travers Goodbye Julia, Mohamed Kordofani signe un appel à l’union soudaine, et nous montre qu’une union est toujours possible lorsqu’on apprend à connaître l’autre.

Un film porteur d’espoir

Pour commencer, Goodbye Julia scinde parfaitement l’histoire socio-politique et culturel du Soudan et la fiction. Avant-même d’introduire ses personnages à l’écran, Mohamed Kordofani fait l’intelligent choix d’introduire son réel personnage principal : la tension omniprésence entre les soudanais musulmans du nord et les soudanais chrétiens du sud, qui, au film de l’œuvre, impactera grandement le lien entre nos protagonistes : Julia, Mona, Akram et le jeune Daniel.

Malgré les circonstances dramatiques de leur rencontre (d’un malentendu qui a rapidement viré au drame). Mona et Julia, respectivement une soudanaise du nord et du sud, forment ensemble un magnifique duo à l’écran. Bien que leur relation tourne ici, autour d’un secret dramatique autour du mari de Julia, le film va tout de même réussir à jouer sur une espèce de tension omniprésente. Une tension, qui, au fil des années qui passent (comptez une dizaine d’années), va nous approcher sans s’en rendre compte d’un climax à la fois doux-amer.

Bien que le film soit très dur humainement parlant, il nous montre tout de même cette réalité socio-politique et culturelle encore d’actualité sur ce territoire. Mais Goodbye Julia, traite ici avec une certaine justesse qu’une relation amiable, presque familiale, est tout à fait possible lorsqu’on apprend à connaître l’autre.

La force de Goodbye Julia : son découpage

Au-delà de son message et de ses personnages forts et attachants, le long-métrage de Mohamed Kordofani possède comme point fort son découpage. Le film suit l’évolution de Julia et son fils Daniel, accueillis auprès de Mona (et son mari Akram), qui, au fil des années, va évoluer, sans entacher ou brusquer le fil de la narration. Le tout avec un rythme naturel, permettant au spectateur de comprendre à la fois la nouvelle nature des relations entre les personnages, mais aussi, le conflit qui ne fait que s’accroître au Soudan. À noter que la temporalité du film se place intelligemment sur les événements marquants qui ont entraîné cette sécession inévitable du pays. Un repère narratif, mais qui a toute son importance dans le récit du cinéaste.


À lire aussi : Rencontre avec Mohamed Kordofani pour son dernier film, Goodbye Julia


Du côté de la réalisation dans son ensemble, le film ne cherche pas à faire du grand spectacle, mais va naturellement inviter le spectateur dans une intimité, parfois austère, mais malgré tout, toujours humaine. Et bien que le côté 4/3 du film puisse paraître incongru aux premiers abords, ce choix de format, permet ici de placer l’époque sans forcément en dévoiler davantage.

Un film simple, mais radical

Sans plonger dans le cliché, Mohamed Kordofani nous livre ici des plans simples qui laissent vont laisser en avant les personnages et leur psychologie. Goodbye Julia va notamment mettre en avant une ambiance globale qui évolue au fil des années. Une ambiance, qui n’est pas forcément scénaristique, mais qui se ressent dans le cadrage, le ton ou encore à la colorimétrie.

Mohamed Kordofani nous livre tout de même des séquences d’une grande beauté. Impossible de ne pas repenser aux séquences de chant de Mona (interprétée par Eiman Yousif, qui est également chanteuse soudanaise). Ou encore le long plan-séquence entre Mona et son mari Akram.

Avec Goodbye Julia, le cinéaste Mohamed Kordofani nous offre film déchirant et profond. Le cinéaste nous met ici en première ligne au cœur d’une relation entre deux femmes que tout oppose : une riche soudanaise musulmane du Nord à une soudanaise chrétienne du Sud. Un film presque porteur d’espoir, qui démontre que malgré les nombreuses différences culturelles et religieux, une réunification du Soudan reste toujours possible, si on apprend à connaître l’autre.

TITRE ORIGINAL : Wadaean Julia
GENRE : Drame
TECHNIQUE : Prises de vues réelles
DURÉE : 2h
PAYS : Soudan
DATE DE SORTIE FR : 8 novembre 2023
RÉALISATION : Mohamed Kordofani
AVEC : Siran Riak, Eiman Yousif, Nazar Gomaa, Ger Duany
PRODUCTION : 
DISTRIBUTEUR FR : ARP Sélection

Konata Nekoyama aime

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *