La chance sourit à madame Nikuko : Une délicieuse fresque familiale

Nikuko est une mère célibataire bien en chair et fière de l’être, tout en désir et joie de vivre – un véritable outrage à la culture patriarcale japonaise ! Elle aime bien manger, plaisanter, et a un faible pour des hommes qui n’en valent pas toujours la peine. Après avoir ballotté sa fille Kikurin la moitié de sa vie, elle s’installe dans un petit village de pêcheurs et trouve un travail dans un restaurant traditionnel. Kikurin ne veut pas ressembler à sa mère et ses relations avec Nikuko ne sont pas toujours simples. Jusqu’au jour où ressurgit un secret du passé.


Après nous avoir retourné le cerveau avec Les Enfants de la Mer en 2019, Ayumu Watanabe est de retour dans nos cinémas avec cette fois-ci une ravissante et délicieuse fresque familiale ! Laissez-vous surprendre par La chance sourit à madame Nikuko, la nouvelle pépite du Studio 4°C.

Véritable bouffée d’air frais, La chance sourit à madame Nikuko nous plonge dans le quotidien de Nikuko, mère extravertie et rondelette. Et de sa fille, Kikurin, une jeune adolescente de 11 ans à la fois rêveuse et introvertie. Attendrissant, visuellement créatif, profond et audacieux, Ayumu Watanabe et le Studio 4°C nous offrent une véritable douceur cinématographique. En plus d’être une brillante adaptation du roman éponyme de Kanako Nishi, ce long-métrage nous offre également un portrait de la femme japonaise, à l’encontre des standards habituels.

des personnages uniques 👧👩

La force du film ? Ses personnages attachants ! Nikuko est littéralement le genre de personnage que nous n’avons pas l’habitude de voir dans l’animation japonaise. Elle est unique et incroyable d’énergie. Rondelette, gourmande, bruyante, extravertie et très naïve (notamment avec les hommes…), Nikuko est un personnage qui mord la vie à pleines dents et la voit toujours du bon côté, malgré son passif difficile avec les hommes.

De son côté, sa fille Kikurin : rêveuse, introvertie et portant un regard tendrement critique envers sa mère. Elle nous emmène et nous conte avec brio ses questionnements sur la vie, sur les relations humaines et sur le passé tumultueux de sa mère. Au fil de l’œuvre, la jeune Kikurin évolue avec une maturité déconcertante en nous faisant découvrir sa vie et son propre passé.

Nous pouvons encore vous parler de Maria, une amie de Kikurin souvent habillée en princesse. de Sassan, patron du restaurant où travaille Nikuko. Ou encore l’intriguant Ninomiya, un camarade de classe qui intrigue beaucoup Kikurin. Discret et taiseux, il lui arrive de faire de très étranges grimaces. La chance sourit à madame Nikuko est une véritable galerie de personnages tous aussi différents les uns que les autres.

hors des standards 🐧

Avec son univers, ses thématiques et son ambiance, La chance sourit à madame Nikuko nous invite à sortir des standards habituels de la société et à savourer le singulier et la bizarrerie : Le fait d’imaginer une femme viande rappelant Nikuko à la vue de gros morceaux de viande, l’art de faire des grimaces grimaces ou encore le fait de parler tout seul. Tous nos petits tics qui nous paraissent étranges sont soigneusement mis en avant, leur donnant presque un aspect poétique.

La patte du Studio 4°c 🎬

Bien que nous ayons du mal à savoir où le film va nous emmener dans la première partie, la réalisation de Watanabe arrive à prendre le spectateur et à l’inviter à bras ouvert dans cet univers coloré et très imagé. La réalisation est à la fois délicate et rythmée à la fois par la vie de nos héroïnes et par des scènes de flashbacks nous faisant découvrir avec une originalité visuelle la backstory de Nikiko. De vraies idées de compositions de cadre aux gags visuels, l’œuvre est véritablement bourrée de bonnes idées, et les amateurs apprécieront également les quelques références à Mon Voisin Tororo.

Comme chaque œuvre du Studio 4°C, La chance sourit à madame Nikuko jouit d’un style visuel unique mais reconnaissable du Studio 4°C et plus précisément du directeur artistique Shinji Kimura (Les Enfants de la Mer, Amer Béton), qui porte un véritable soin aux détails.

On apprécie également le design des personnages, tous aussi uniques les uns que les autres, nous donnant une impression que Nikuko et Kikurin ne sortent pas du même film (un point désiré par le réalisateur pour intensifier la relation entre les deux personnages). Le chara-design est confié à Kenichi Konishi (Les Enfants de la Mer, Mysterious Girlfriend X ou encore Bokurano: Ours), sa patte est reconnaissable par son aspect très “rétro” qu’on remarque notamment sur le design de Kikurin.

Côté son, nous sommes sous le charme de la bande-originale de Takatsugu Muramatsu (à qui l’ont doit les OST de Lou et l’île aux sirènes ou encore de Souvenirs de Marnie). Pour La chance sourit à madame Nikuko, le compositeur Muramatsu nous offre des compositions d’une grande qualité qui accompagnent avec soin chaque instant du film. On notera également un insert song : “Image no Uta” de la jeune Kurumi Inagaki qui sublime avec brio la backstory de Nikuko lors de la naissance de Kikurin. Le thème de fin est signé GReeeeN avec le titre “Taketen” qui conclut avec merveille ce long-métrage.

NOTE DE LA RÉDACTION : 4,5/5

Avec La chance sourit à madame Nikuko, Ayumu Watanabe nous dévoile une nouvelle facette de sa réalisation. Avec une thématique complètement différente de son précédent long-métrage, le réalisateur nous montre avec brio sa facilité à sublimer des œuvres radicalement opposées, tout en y ajoutant sa touche personnelle. Visuellement créatif avec des personnages attachants et uniques dans un univers coloré et réaliste, Watanabe nous offre 1h50 de bonheur à travers un film qui nous ouvre l’appétit.

TITRE ORIGINAL : Gyokou no Nikuko-chan
GENRE : Comédie, drame, tranche de vie
TECHNIQUE : Animation
DURÉE : 110 minutes (1h50)
PAYS : Japon

DATE DE SORTIE FR : 8 juin 2022
RÉALISATION : Ayumu Watanabe
AVEC : Cocomi, Shinobu Ōtake, Ikuji Nakamura
PRODUCTION : Studio 4°C
DISTRIBUTEUR FR : Eurozoom

© 2021 Kanako Nishi・GENTOSHA, MOVIZ/ “Fortune Favors Lady Nikuko” ProductionCommittee

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

FERMER