Belle : Mamoru Hosoda en mode 2.0 !

Dans la vie réelle, Suzu est une adolescente complexée, coincée dans sa petite ville de montagne avec son père. Mais dans le monde virtuel de U, Suzu devient Belle, une icône musicale suivie par plus de 5 milliards de followers. Une double vie difficile pour la timide Suzu, qui va prendre une envolée inattendue lorsque Belle rencontre la Bête, une créature aussi fascinante qu’effrayante. S’engage alors un chassé-croisé virtuel entre Belle et la Bête, au terme duquel Suzu va découvrir qui elle est.


Le film qu’il a toujours rêvé de faire. Avec BELLE, Mamoru Hosoda réalise son rêve et nous offre une version modernisée et numérique du conte de La Belle et la Bête. Un long-métrage grandiose où Mamoru Hosoda explore les thèmes de la romance, l’action et le suspense. Alors qu’il a déjà exploré les thèmes de la connectivité avec SUMMER WARS (2009), le réalisateur renoue avec cette thématique pour un long-métrage brillant et spectaculaire ! Le film est-il à la hauteur de son ovation cannoise de 14 minutes ?

©2021 STUDIO CHIZU

UNE HISTOIRE DE CONFIANCE EN SOI 💪

Dans SUMMER WARS (2009), Hosodas’inspire de sa propre mère pour le personnage de Sakae. Avec LES ENFANTS LOUPS – AME & YUKI (2012), il livre un vibrant hommage à sa propre mère. Puis, suite à l’arrivée de son fils, HOSODA se demande comment encourager les enfants à grandir dans la société actuelle avec LE GARÇON ET LA BÊTE (2015) ou encore MIRAÏ, MA PETITE SŒUR (2018), où il évoque le thème de la famille et de la fraternité. À travers le récit de BELLE, Mamoru Hosoda porte à nouveau un regard bienveillant et encourageant pour la jeunesse, et aux nouvelles technologies, à travers le personnage de Suzu, une jeune lycéenne introvertie, timide et mal dans sa peau. Grâce au monde virtuel aux 5 milliards d’utilisateurs “U”, Suzu va devenir un phénomène mondial suivi par plusieurs milliards de personnes : Belle.

Avec l’aide de cet avatar virtuel, Suzu va rapidement pouvoir briller par sa passion : la musique. Chanter, lui était impossible depuis le décès de sa mère, qui lui avait transmis cette passion. Grâce à Belle, Suzu va petit à petit apprendre qui elle est vraiment, s’aimer et s’ouvrir aux autres.

©2021 STUDIO CHIZU

LE MONDE REDOUTABLE D’INTERNET 🌍

Entre SUMMER WARS et LA BELLE ET LA BÊTE, ce long-métrage explore, en l’espace de 2h, l’impact tranchant des réseaux sociaux, comment ce dernier peut-être utile pour aider les autres : notamment lorsque que Belle rencontre..la Bête, un étrange utilisateur qui sème le mal à travers tout “U”. Mais est-ce vraiment le tyran brut et insensible dont tout Internet essaie de se débarrasser ? Ou la personne essayant de révéler son identité ? Le film nous présente évidement un autre aspect malheureusement virulent des réseaux : celui du boycott, et indirectement, celui du cyberharcèlement. Là où Internet et ses utilisateurs n’hésitent pas à accuser sans preuve tangible diverses personnalités…ou encore celui de se donner un genre pour être le héros du monde ou la justice sociale sans réel impact, qui ne cherche qu’à étendre ses partenaires. Et si tout simplement, la Belle était celle qui sauve la Bête par sa lucidité et son ouverture d’esprit ?

Pour ce long-métrage, on voit tout de suite les inspirations de Hosoda: celui des nouvelles technologies, dans un monde en constante évolution où chacun est constamment connecté, dans l’anonymat ou pas, notamment depuis ces dernières années avec l’exposition des réseaux sociaux, où nous nous approchons de plus en plus des mondes virtuels comme VR Chat ou encore Meta. Et c’est sans compter l’inspiration des chanteuses virtuelles qui inspirent le personnage absolument magnifique de Belle : Les VTubers façon Kizuna AI, Hatsune Miku ou Konata Nekoyama, dont le concept est en constante expansion depuis 2016 sur la toile.

Pour l’anecdote, le film utilise également la technologie Live2D, un logiciel de référence grandement utilisé dans le monde du VTubing pour la modélisation des avatars et des streams de VTubers !

©2021 STUDIO CHIZU

UNE MISE EN SCÈNE SPECTACULAIRE 🎬

À l’instar des autres œuvres de Hosoda, le film se présente quasi immédiatement sur une grande scène musicale. Elle permet immédiatement de poser les bases. On nous fait comprendre que la musique sera au cœur des 2h de film. Avec SUMMER WARS, le fort du film se plaçait dans le suspens et les grandes scènes de combat. Ici, le fort, c’est comment la musique peut être la clé pour enfin avoir confiance en soi, s’ouvrir aux autres... et surtout… comment l’interconnectivité peut être la clé pour venir en aide… et comment la jeunesse actuelle peut rêver d’un avenir radieux.

On appréciera que chaque personnage soit mis en avant, dans leur contexte et dans leur développement, notamment la relation entre Suzu et son père qui évolue au fur et à mesure que l’héroïne elle-même évolue et apprend à s’ouvrir aux autres, ou encore avec son ami d’enfance Shinobu avec qui elle apprend enfin à être honnête. On aimera également le personnage haut en couleur de Hiroka, la meilleure amie de Suzu et également manager de Belle (la seule qui connait la véritable identité de Belle). L’aspect comique du film nous est offert par Shinjirou, sportif de haut niveau légèrement loufoque, mais admiré par Luka, la plus populaire fille du lycée.

Par les scènes dans le monde réel ou encore les scènes dans “U”, la mise en scène varie constamment. On oscille entre le contemplatif, et l’action rapide et nerveuse. Cela permet au spectateur de bien faire une distinction entre l’aspect posé du monde réel et les multiples possibilités virtuelles de “U”. Chaque plan se souhaite le plus expressif au possible, allant du grand spectacle, comme la scène dans laquelle Belle donne un concert dans la grande sphère de “U” ; jusqu’au message poignant porté au spectateur, clairement lisible dans la séquence où Suzu se rend à Tokyo pour venir en aide à “La Bête”.

©2021 STUDIO CHIZU

On retrouve des choses assez amusantes, les références utilisées par Hosoda. Pour ne pas toutes les citer, on prendra ici un exemple ; La séquence à laquelle tout le lycée croit à une relation amoureuse entre Suzu et son ami d’enfance (très populaire) Shinobu. Comment deux protagonistes (Suzu et Hiroka) peuvent calmer les rumeurs de lycée et la colère/jalousie engendrée sur les réseaux, en urgence ? Façon MMORPG, bien sûr !

VISUELLEMENT GRANDIOSE 🎨

L’une des forces de BELLE ? Sa patte visuelle et graphique ! Dès la première seconde, nous sommes transportés dans le monde de “U”, ce nouveau réseau social en réalité augmentée. Il s’agit d’une immense cité sans règle de gravité au style de microprocesseur, où chaque utilisateur prend la force d’un avatar généré via des caractéristiques physiques et psychologiques. L’univers de “U” est très symétrique et novateur dans la charte visuelle des films de Hosoda, cet aspect est définitivement très agréable à l’œil, dont nous avons déjà un avant-goût dans MIRAÏ, MA PETITE SŒUR.

On appréciera également le switch graphique entre le monde réel et le monde virtuel. Le monde réel de Suzu est toujours aussi fidèle à la filmographie de Hosoda; décors soignés, toujours avec cet aspect aquarelle, un chara-design soigné comme nous aimons tant retrouver chez Mamoru Hosoda. Et c’est le cas notamment pour le personnage de Suzu et son alter-ego Belle, absolument magnifique. Belle représentant bien l’âme de notre chère Suzu. Quant au monde virtuel de “U”, comme dans un VR Chat ou un (futur) Meta, nous sommes dans un univers résolument moderne et féérique à l’aspect graphique 3D. Un switch visuel encore plus approfondi que dans SUMMER WARS pour faire la comparaison. On aimera grandement ce point qui permet au spectateur de s’y retrouver et permet une véritable variété visuelle.

©2021 STUDIO CHIZU

L’ÂME DE LA MUSIQUE 🎶

La seconde force du film ? Bien évidemment, sa bande originale, prenante et grandiose. Composée par Taisei Iwasaki (PILOTE DRAGON – HISONE ET MASOTAN –), cet OST jongle entre électro, symphonie, vocal et blues ; elle accompagne parfaitement le long-métrage. Elle sert l’intrigue et permet à chaque séquence de gagner en intensité, en offrant à BELLE, une ambiance absolument mémorable tout au long du film !

Les morceaux chantés par Belle, notamment “U” de Millennium parade et Kaho Nakamura (voix originale de Suzu/Belle) ou encore “A Million Miles Away” sont époustouflants, vibrants et vous laisseront sans voix.

UNE VERSION FRANÇAISE AUDACIEUSE 🎉

Comme à chaque grande sortie, All the Anime nous offre le paquet pour leur traditionnel long-métrage de fin d’année. Pour BELLE, ça n’a pas manqué ! On retrouvera ici une star-talent résolument bien choisie pour interpréter Suzu/Belle : Louane Emera, chanteuse, musicienne et actrice de talent et fan d’animé ; nous trouvons le choix pertinent, car Louane s’est parfaitement imprégnée au rôle de Suzu, une jeune lycéenne timide qui devient Belle, une chanteuse virtuelle à l’heure des VTubers et chanteuses nouvelles générations !

©2021 STUDIO CHIZU

En français, les chansons de Belle sont toutes adaptées d’une main de maître par Cécile CORBEL. (D’ailleurs reconnue pour la musique originale du film ARRIETTY, LE PETIT MONDE DES CHAPARDEURS). Ses paroles adaptées sont interprétées avec succès par Louane, qui fait véritablement honneur à l’interprétation originale de Kaho Nakamura. On comprend clairement pourquoi Mamoru Hosoda l’a tout de suite choisi pour incarner l’héroïne de ce nouveau long-métrage !

NOTE DE LA RÉDACTION : 4,5/5

Avec BELLE, Mamoru Hosoda signe le film qu’il a toujours rêvé de faire ; Une adaptation moderne 2.0 du conte de LA BELLE ET LA BÊTE. Avec BELLE, le réalisateur nous offre un moment de grand spectacle accessible à tous, et une dédiabolisation d’Internet et des relations en ligne ou encore vis-à-vis des chanteurs virtuels. Bien que le film ne soit pas exempt de défauts, la qualité générale du film repose sur ses messages pour la jeunesse et les nouvelles technologies, mais aussi à sa mise en scène soignée, ses décors à couper le souffle et surtout sur sa bande originale absolument poignante, en VO comme en VF avec une Louane Emera qui s’amuse et donne tout ce qu’elle a pour devenir Belle.

TITRE ORIGINAL : Ryū to sobakasu no hime
GENRE : Comédie, drame
TECHNIQUE : Animation
DURÉE : 122 minutes (2h02)
PAYS : Japon

DATE DE SORTIE FR : 29 décembre 2021
RÉALISATION : Mamoru Hosoda
AVEC : Louane, Kaho Nakamura, Takeru Satoh
PRODUCTION : Studio Chizu
DISTRIBUTEUR FR : Wild Bunch / All the Anime

©2021 STUDIO CHIZU

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

FERMER