Goodbye : Dites oui à l’aventure !

Roma est un jeune garçon qui vit à la campagne. Avec son ami d’enfance Toto ils se font appeler les « Donglees » et ils organisent un petit spectacle de feu d’artifice tous les étés. A l’issue de sa première année de lycée, Toto revient de Tokyo où il étudie. Un nouveau venu, Drop, se joint aux DonGlees pour filmer avec son drone le spectacle vu du ciel. Mais cette fois-ci, rien ne va, les feux d’artifices ne fonctionnent pas et le drone est emporté par le vent. Au même moment, un feu de forêt se déclenche pour une cause indéterminée. La toile s’affole et blâme les DonGlees. Roma, Toto et Drop partent à la recherche du drone pour prouver leur innocence.

Goodbye est le premier film d’animation original de la réalisatrice Atsuko ISHIZUKA. Elle a fait ses armes sur des licences telles que No Game No Life, Prince of Stride : Alternative et l’émouvant A Place Further Than The Universe. Elle est également la scénariste du film. Ce fût l’occasion pour elle de réaliser une ode bouleversante dédiée à l’insouciance et à la jeunesse.

UNE ODE À L’AVENTURE

Commençons par le cœur du film, à savoir le trio principal : Roma, Hokuto (dit Toto) et Drop. Leur caractérisation est particulièrement réussie dans la mesure où leur comportement, leurs doutes, leurs peurs, leurs “délires” restituent bien l’état d’esprit des adolescents de leur âge (on rappelle que ce sont des collégiens en transition vers le lycée), et ce quelle que soit l’époque.

Les liens qui se tissent entre les personnages (particulièrement entre Toto/Roma et Drop) sont construits – sans trop spoiler – d’une manière cyclique et émouvante au sein d’un road trip qui constitue leur dernière aventure. Un moment que nous ne citerons pas constitue une scène marquante et très très gratifiante qui marquera cette amitié pour longtemps. Le concept des Don Glees est un prétexte évident pour parler d’un trio de marginaux qui souhaitent vivre leur “dernière” aventure.

C’est justement un aspect du film que nous avons énormément apprécié. Lorsqu’on est jeune, on a tendance à se dire qu’on a le temps pour réaliser des projets, partir à l’aventure, etc. On peut aussi avoir des hésitations, même si l’occasion de faire aboutir ces projets se présente. Goodbye nous invite à profiter du temps qu’il nous reste dans cette courte vie.

Goodbye
Goodbye, un film de Atsuko Ishizuka

UN TRIO MARQUANT

L’aventure de Toto, Drop et Roma à la recherche de leur drone est en réalité leur dernier vrai voyage à trois. Si cette aventure est une chasse au trésor, ce dernier est l’amitié durable que forgent Drop avec Toto et Roma, amitié qui survivra à la distance et au temps. Nous pouvons citer, comme marqueur évident de cette amitié, cette cabine téléphonique en Islande qui a un aspect plus que symbolique – voire mystique. Sa présence marque et intrigue dès le début du film. Elle est le point de départ, la clé et la conclusion de cette belle relation qui s’étale sur plusieurs années.

Ce qui rend cette amitié d’autant plus touchante est que ces personnages ont des tempéraments qui ne semblent pas faire bon ménage de prime abord, notamment entre Toto et Drop. L’un est un citadin anxieux tandis que l’autre est de nature plus calme et rêveuse. Quant à Roma, il constitue un entre-deux, bien qu’il ne vive pas dans une grande ville. Il est notre guide tout au long du film. Goodbye est porté par ses personnages attachants.

Goodbye
Goodbye, un film de Atsuko Ishizuka

UNE RÉALISATION DE QUALITÉ

La narration du film est fluide, claire, bien que la structure de l’histoire soit un peu inhabituelle. En effet, si l’on s’attend à ce que les événements qui suivent la “dernière aventure” constituent une conclusion, ils sont ici présentés comme un autre chapitre de la vie des personnages. Tout dépend des attentes des spectateur.ices. À ce propos, LA révélation ultime est amenée de manière plutôt intelligente via une subversion de nos attentes vis-à-vis de la présence de Tivoli (love interest de Roma). Cependant, nous regrettons de ne pas la voir davantage.

En ce qui concerne l’animation et le chara-design, on ressent la patte spécifique au studio Madhouse. On le remarque aussi bien au niveau des expressions faciales/mimiques que des mouvements. On retrouve ici le duo de choc Atsuko ISHIZUKA/Takahiro YOSHIMATSU qui a donné le magnifique A Place Further Than The Universe (2018). Ceux qui ont apprécié cette série trouveront leur compte avec Goodbye.

Quant aux décors, l’équipe d’Ayano OKAMOTO (directrice artistique, également présente sur A Place Further Than The Universe) a réalisé un travail d’immersion remarquable avec un véritable sens du détail. Par exemple, les décors islandais – notamment la fameuse cabine téléphonique au niveau d’une cascade – sont tout simplement époustouflants.

Enfin, nous pouvons également faire l’éloge de la bande originale du film. Elle est composée par Yoshiaki FUJISAWA, qui officiait aussi sur A Place Further Than The Universe et Prince of Stride : Alternative. Ses morceaux se démarquent dès les premières minutes du film. Ses morceaux sont entraînants et offrent une dimension aussi bien apaisante qu’épique. Le sound design et les musiques d’insert ne sont pas en reste. À l’image des décors, ils sont immersifs à l’univers du film.

Goodbye
Goodbye, un film de Atsuko Ishizuka

Pour son premier film original, Atsuko ISHIZUKA nous offre une ode généreuse à la jeunesse et à l’insouciance et ce, avec du cœur. Goodbye est d’une grande qualité technique et visuelle, qui transportera le spectateur dans une aventure drôle et bouleversante aux côtés de trois personnages aussi uniques qu’attachants.

TITRE ORIGINAL : Goodbye, DonGlees!!
GENRE : Action, Aventure
TECHNIQUE : Animation 2D
DURÉE : 95 min
PAYS : Japon
DATE DE SORTIE FR : 18 Janvier 2023
RÉALISATION : Atsuko Ishizuka
AVEC : Natsuki Hanae, Yûki Kaji, Ayumu Murase.
PRODUCTION : Madhouse
DISTRIBUTEUR FR : Eurozoom
©Goodbye, DonGlees Partners

Cette critique a été rédigée par Jojo Tout Cour et Strangie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *